LE FAMEUX BANANA BREAD vegan

Coucou! me voici en voyage à la Réunion, mon île natale. En ce moment c’est la période des bananes et je peux vous dire qu’on se fait plaisir. Nous en avons en veux tu en voilà, du coup j’ai décidé de faire une version de banana bread très facile.

P1060054-3.jpg

Amis gourmands,  vous savez de quoi je parle. Les autres diront: ah mais en fait c’est pas un pain, c’est juste un cake à la banane! OLA. Déjà, c’est pas juste un cake à la banane, c’est LE cake à la banane.

J’ai découvert ce fameux banana bread en voyage, en Australie il y a quelques années. Je suis tombée en pâmoison pour cette tranche sucrée. Toujours une occaz pour en engloutir: ptit dej, coupe faim, goûter, dessert… Un peu comme pour la gaufre quand je suis arrivée à Bruxelles (bave).

P1060315-2

Le summum c’est quand un jour, un serveur me dit: je vous la grille? mmmh quelle bonne surprise: j’accepte illico. Une fois toastée il y ajoute une belle couche de beurre qui fond sur la part caramélisée un peu craquante et moelleuse à la fois. Aaaah! imaginez!! (NB: je vous fait rêver avec ce détail/ néanmoins, je n’ai pas testé ma version en mode grillée. Cela fonctionnera peut être mais leur banana bread est hyyyper sucré, or j’ai opté pour une recette plus « petit dej » donc pas sûre que ça fonctionne. Sorry…ou alors doublez la dose de sucre).

J’étais partie là bas rejoindre notamment mon amie Madeline, qui bossait à l’époque en pâtisserie pour un café branché (c’était le début de la mode des baristas, ils étaient super en avance sur l’Europe). Evidemment elle réalisait des banana bread, exquis, avec des zestes de citron et plein de noix. Car en effet on peut mettre de tout dedans: pépites de chocolat, fruits secs, épices, flocons d’avoine…il existe une ribambelle de recettes pour « thuner » son cake.

Ici j’ai opté pour une version plutôt minimaliste, plus proche d’un pain (PS: je vous entend les autres avec vos « ah ben faudrait savoir »): juste des bananes, de la farine, du sucre, un peu de liquide, des épices et une lichette de matière grasse, ainsi qu’ une pincée de levant. C’est économique, ça marche super bien et les vegans peuvent aussi en manger!

P1060296

P1060302.jpg

L’ingrédient magique: la banane. Elle sert de liant: c’est plein d’amidon donc ça va se tenir comme n’importe quel cake. De plus elle va apporter le coté moelleux et humide comme on aime.

P1060217

Le must pour cette version est de mettre de l’huile de coco. Il en faut peu, mais elle va ajouter une saveur douce et fruitée, et elle va permettre au cake de prendre une belle couleur, une croûte bien caramélisée. J’ai testé avec de l’huile d’olive, il était bon, mais plus fade et bien moins beau. Bon, si vous n’avez que ça, ou une autre huile d’ailleurs, ça fera très bien l’affaire! (On parle quand même d’un cake supposé sauver des bananes en fin de vie.)

C’est donc une super recette facile et comme on dit chez les cools, »antigaspi ». Mais si vous avez envie de le faire là maintenant tout de suite et que les bananes du marché sont un peu pâlottes, optez comme moi pour la version bananes au four. 15/20 minutes à 180°C  avec ou sans la peau et en avant Guinguamp!

P1060276

Bon, comme je suis à l’étranger, je n’ai pas mon ordinateur pour vous faire le joli petit cadre avé la recette. Alors la voici ci dessous:

 

EASY BANANA BREAD

(cake à la banane facile)

 

300g de bananes à écraser à la fourchette (3 ou 4 selon les bananes)
40g d’huile de coco
300g de farine de blé
125g de sucre (roux de préférence)
1 petite c.c de cannelle en poudre, selon les goûts
1/2 c.c de bicarbonate de soude
4 c.s de liquide (eau, café ou autre)
1 belle pincée de sel

 

Préchauffer son four à 180°C.

Touiller les bananes écrasées et l’huile.

A part mélanger les « secs » au fouet : farine, bic. de soude, cannelle, sucre et sel.

Dans une jatte unir tous les éléments, jusqu’à l’obtention d’une pâte épaisse, et y ajouter le liquide pour détendre un peu.

Verser dans un moule huilé ou protégé par du papier sulfurisé.

Ah! ici j’ai ajouté une banane coupée en deux pour la déco, et ben, à votre place j’en rajouterai encore une autre.

Cuisson: 1H environ (et oui c’est dense) jusqu’à ce que le cake ai gonflé et coloré, et que la lame du couteau en ressorte sèche, toi même tu sais!!

NB: j’ai besoin ici d’1H30 de cuisson mais je soupçonne le four de mes hôtes ne de pas être top.

P1060328.jpg

Au fait pour les curieux qui aiment les plantes: sur la première photo, les feuilles sont des feuilles de cannelle, délicieuses en infusion, et les espèces de branches sont des fleurs de coco sèches, d’où l’on extrait une mélasse lorsqu’elles sont encore sur l’arbre, avec laquelle on fabrique le fameux sucre de coco.

Voilà, bisous!

 

 

 

 

 

Publicités

CRUMB CAKE RHUBARBE AMANDE

Salut les gourmands! Ca fait déjà un bon mois que je n’ai pas donné de news, j’étais partie en stage dans un restaurant dans la Drôme; donc j’étais bel et bien en train de cuisiner mais je n’ai pas eu l’occasion de rentrer chez moi pour vous concocter des petites recettes. Je suis donc de retour, et au passage j’ai ramené du marché de Die de la rhubaaarbe!! Et si il y a bien une chose que j’aime au printemps, c’est la rhubarbe.

P_20170529_102626

Et les fleurs de sureau. Et les asperges. Et les pivoines qui s’ouvrent dans le jardin. Et…j’adore cette saison!(Mais surtout quand même mes préférés restent la rhubarbe et les fleurs de sureau -on en reparlera bientôt).

Donc oui, la rhubarbe. Miam. A Bruxelles avec Elsa on aimait bien en faire une  belle barquette de compote et la manger au petit déjeuner. Avec Sarah, c’était en tarte sans chichi, pas trop sucrée (une puriste). Et avec Johanna, confitures et gâteaux bien-sûr,  mais on se régalait  les yeux et les papilles de son jus  de cuisson tout rose transformé en boisson pour se rafraîchir des premières chaleurs…C’est ça qui est génial, on part d’une branche filandreuse qui à première vue parait assez hostile, et au final on peut jouer avec et se régaler de 1001 façons.

soupoudrc3a9.jpg

cru à cuire

Ici, j’ai eu envie d’un cake avec un streusel, c’est à dire de la pâte à crumble sur le dessus, pour avoir plusieurs textures  (croustimoelleux si je puis dire) et pour avoir un coté sucré qui contraste avec l’acidité du fruit. J’ai vu que ce genre de gâteau portait un nom, emprunté aux américains (encore eux!) : le Crumb cake. Mais en vrai ils ont piqué la recette aux Allemands. Bref, en tous cas c’est délicieux.

Je suis partie sur des bases faciles, et sûres, que l’on connait à peu près tous et toutes: le quatre quarts, avec 1/4 de beurre , de farine, d’oeuf et  de sucre, et le crumble, qui est un tant pour tant de beurre sucre farine et ici j’ai ajouté des amandes et des flocons d’avoine. Comme ça, fastoche en cas de trous de mémoire.

J’espère que vous aimerez ce petit carré de gourmandise!

crumb cake.jpg

part.jpg

GATEAU HERMANN MARBRÉ

 

« Ah, tiens j’ai quelque chose pour toi » me lance mardi ma copine Marina en me tendant un bocal rempli d’une pâte blanche mousseuse.  Ce qu’elle venait de m’offrir, c’était le gâteau Hermann . LE gâteau de l’amitié. Oui, comme ces chaînes de l’amitié « que si tu la romps, t’auras jamais de chance en amour et que toute ta famille sera maudite jusqu’à la fin des temps et même que t’auras des poils qui pousseront à l’infini. »

pate bulle new.jpg

Mais relax, pas de menaces si tu ne t’occupes pas d’Hermann. A tous les coups ici il y a un beau gâteau à la clef. Seule petite contrainte: il faut entretenir pendant neuf jours cette pâte, un peu comme un levain. Après l’avoir installée dans la pièce à vivre (le frigo est trop froid) dans un saladier et couverte d’un torchon (pour qu’elle « respire ») il faut régulièrement la touiller, et lui ajouter du sucre de la farine et du lait de temps en temps. A terme, la pâte ayant pris quatre fois son volume, on divise la pâte en quatre, on garde une part et on offre les trois restantes à ses copains qui pourront à leur tour prendre soin de leur levain de compagnie.

Le dixième jour, avec ce qu’il nous reste on rajoute des oeufs et ce qu’on veut pour se faire son gâteau. OK, ça peut faire bizarre quand on pense que l’origine de cette pâte a peut être une centaine d’année, mais en même temps je trouve ça génial. Ne vous inquiétez pas, à la cuisson toute vilaine bactérie qui aurait pu se glisser là est détruite. J’avoue c’est beaucoup de contrainte pour un gâteau mais dans l’idée c’est cool.

Apparemment son origine serait alsacienne. Il existe aussi une autre version avec le même principe appelée le gâteau des Carmélites réalisé à la base par des sœurs appartenant à l’ordre du Carmel; symbole de solidarité, d’attention et de patience. (Prenons en de la graine) La légende disait que la personne qui t’offrait un verre avec la « masse-mère » te souhaitait chance et santé, youpi!

pate crue new.jpg

Si vous faites un tour sur le net vous trouverez plein de recettes du gâteau Hermann, mais la plupart du temps il est réalisé avec de la cannelle et des pommes. Ayant eu des convives qui n’étaient pas très «  »pomme » j’ai décidé de chocolater un peu mon Hermann et de le « marbrer » pour le rendre un peu plus funky.

On a eu un genre de « Savane » en bien meilleur, légèrement brioché: un goûter délicieux qui a marqué la fin de dix jours de bichonnage, d’inquiétude et d’amour . (ouais tout ça pour ça!) (On a dit solidarité, attention et patience).

Merci Marina!

tranches

 

marbré.jpg

PS: si vous n’avez pas entre les mains de pâte « mère », et que vous souhaitez démarrer une chaîne de la gourmandise l’amitié du gâteau, mélangez avec une cuillère en bois:

– 1 cube et demi de levure fraîche (au rayon frais) à délayer avec un peu d’eau tiède
– 200 g de sucre
– 125 g de farine
– 20cl de lait (oui c’est bien 200ml)

Comme c’est « vivant » préférez les récipients en bois/céramique, couvrez d’un tissus à l’abris des courants d’air et du froid. Le lendemain, vous en serez à votre JOUR 1.

(Et c’est parti!!).

mains.jpg